Bon, soyons clairs, il va m’être difficile dans ce post d’apporter un « regard décalé » sur l’affaire Uber tellement nous entendons depuis quelques jours tout et son contraire, et vice-versa. Allez trouver un avis original avec tout ça !

Sur i-télé, pas plus tard que ce matin, je me suis surpris en effet à lever le bras, le poing fermé, debout sur le canapé et entonner l’Internationale en écoutant l’ami Besancenot. Quelques minutes après, sur BFM chez Bourdin, je pris ma carte républicaine en buvant les paroles de Guaino … Bon, je reconnais que sur LCI, un quart-d’heure plus tard, Bruno Leroux me fit heureusement ricanner à nouveau. La faute à pas de chance …

Merci Hubert. Oui, merci !

Pour la première fois, véritablement, la « net-economie » devient une question politique, un débat de société. On va pouvoir arrêter de regarder, béat, de fringuants jeunes entrepreneurs lever des millions pour une i-connerie de plus. Les médias vont ranger leurs reportages lénifiants et complaisants sur LA start-upeuse qui a bien-du-mal-dans-ce-monde-d’hommes (mais qui se fout du monde comme eux en jurant que son appli était réservée au plus de 16 ans et qu’elle ne comprenait pas pourquoi des gamins s’en servaient … oh c’est pas ma faute …).

L’affaire Uber révèle en effet au grand jour un secret de polichinel : la net-économie est bien la fille cadette de l’ultra-libéralisme !

Accumulations de richesses pour un petit nombre, à la recherche d’une rente idéalement monopolistique, détournement des réglementations et régulations, exploitation sociale, cynisme économique et mépris de la démocratie … Ah bon ? C’est vrai ? On m’aurait menti ? C’est pas tous des gentils garçons qui jouent avec leurs iPhone et qui ont des supers idées innovantes tellement 2015 qui nous changent de l’industrie lourde et graisseuse so 80’s ? …

Faut dire quand même qu’Uber fait fort ! Je ne sais pas si vous avez entendu hier le gros « FUCK » du président d’Uber France suite à l’arrêté préfectoral d’interdiction à Paris, mais c’était quand même gonflé !

Bon, je ne rentrerai pas dans ce débat aujourd’hui. Bien trop complexe pour un marketeux. Non non n’insistez pas ! OK … un peu alors …

Et oui Jamie, car dans Uber, il y a bien dû y avoir un marketeux à un moment ou un autre. Et c’est quand même là où on doit tous collectivement s’interroger : imaginez vous un instant à San Francisco dans l’Open-Space d’Uber entre un bay-foot et un siège massant … Oui on est bien … bon, Mike arrive avec son analyse PESTLE tout fiérot :

Lancement d’Uber France chez ces bouffeurs de fromage

Analyse PESTLE – NSA approved

  • Politic : who cares about them anyway, they are playing with immigration right now
  • Economic : liberal government trying to deregulate to please its creditors
  • Social : ideal with 10% unemployment my friend !
  • Technological : yeahhhh we are the masters of the Univers
  • Legal : wtf nobody understand anyway
  • Environment : not our problem we are digital

Et vous qu’auriez-vous fait ?

Rien que pour ça, moi je dis : Merci Hubert !

Restons connectés,

FG

PS : je n’ai jamais fait appel à un Uber, ni un VTC, ni un taxi … Ah Hubert vous tombez bien, on va pas prendre la Rolls pour aller déjeuner chez McDo ce midi, ça passe pas au Drive

Published On: juin 26th, 2015 / Categories: éthique.biz, Humeurs Marketing /

Ne ratez pas le dernier égoBlog !

Promis, nous n’utiliserons pas vos données à d’autres fins.

    Add notice about your Privacy Policy here.