Photo

Nous bouleversons la programmation de nos posts car, sur Humeurs Marketing aussi, la priorité est au direct et à l’actualité.

Le gouvernement vient en effet de lancer à l’Assemblée sa réforme du Collège et nous ne pouvions rester insensibles à ces propositions (ni c’est vrai au charme de la Ministre) qui risquent de changer dramatiquement notre quotidien : imaginez en effet un monde dans lequel nos jeunes marketeux ne soient pas complètement analphabètes … oui oui je sais … mais essayez …

Adieu les inoubliables accroches « Si cette photo vous a plus, partager là ! », un joli packaging « des gencive fortes, pour des dents saines » ou encore le fameux « il envoit du lourd » d’AdopteUnMec. Bon, le ricanement est facile une fois bien-sûr qu’on a vu la faute ! Je suis personnellement resté plusieurs semaines avec une de nos propres affiches collector dans mon bureau sans même la remarquer …

Mais revenons à notre sujet : la réforme du collège

La mesure la plus commentée est l’introduction de l’enseignement d’une seconde langue vivante dès la cinquième. Et là, je dis non.

Pourquoi commencer à étudier une deuxième langue étrangère quand on ne sait même pas que le participe passé s’accorde avec son COD quand celui-ci est placé avant le verbe ???

Non, soyons raisonnable …

Humeurs Marketing, dans un souci de consensus républicain et d’apaisement, propose donc pour atteindre l’objectif du gouvernement de remplir inutilement les emplois du temps de nos chers bambins (et les empêcher ainsi de passer trop de temps sur Clash of Clans), d’introduire l’enseignement du marketing dès la cinquième.

Le marketing en cinquième c’est l’assurance :

  • de renforcer ses connaissances en anglais [lire pour mémoire ma diatribe sur le Big Data]
  • de savoir compter jusqu’à 4 : Produit, Promotion, Prix, … et … et un autre, peu importe …
  • de développer justement sa mémoire : à quoi servent d’autre après tout les acronymes B2B, E2E, PESTLE, …
  • de découvrir les subtilités de la langue française : « beau travail de compilation » employé pour « tu t’es pas foulé », « c’est intéressant » qui signifie en fait « oublie », …
  • de s’initier à la physique : « non François, tu ne peux pas réduire la taille du packaging avec la même quantité de gaz sinon la pression va augmenter, tu sais bien PV = nRT … »
  • de faire de l’Histoire : « Pfff je veux pas faire mon vieux con mais on a déjà essayé, ça marchera pas … »
  • de s’initier aux Arts Plastiques : « tu vois, publiciteux, j’ai fait la retouche sur MS Paint hier soir et ça le fait quoi, pas la peine de me facturer une heure de Studio … »
  • de faire du sport : « quoi le CoDi veut me voir ? j’arrive … »
  • d’apprendre même la résilience et la philosophie : « T’es complètement déconnecté de la vraie vie, va donc sur le terrain, … » , « C’est une bonne idée mais ce n’est pas la priorité là … », …

Bref …

Madame la Ministre, chère Najat, en tant que porte-parole officiel désigné démocratiquement de tous les marketeux de France, je reste à votre entière disposition pour vous détaillé nos propositions.

En attendant restons connectés,

fg

[NDLR : une faute d’orthographe s’est glissée dans ce texte. Un abonnement à vie à Humeurs-Marketing offert à celui ou celle qui la retrouvera]

Si vous croyez au Digital, à l’émergence du Big Data, au développement des objets connectés, au NFC, au One to Me,  … rassurez-vous, moi aussi ! Je pense cependant que tout cela ne change en rien la nature même du Marketing ni notre métier. Notre mission reste la même : développer le business de nos entreprises. La méthodologie ne change pas. Certes, les outils s’améliorent en devenant plus accessibles et le champs de nos actions s’agrandit. Mais gardons les pieds sur terre, c’est le moyen d’avoir la tête haute.

Published On: avril 13th, 2015 / Categories: Humeurs Marketing /

Ne ratez pas le dernier égoBlog !

Promis, nous n’utiliserons pas vos données à d’autres fins.

    Add notice about your Privacy Policy here.