Le #SWOT.

Certainement l’outil préféré des marketeurs : pas une analyse, un plan, une présentation sans sa slide « Analyse SWOT » et son copié/collé d’un tableau 2×2 en illustration, absolument illisible car en police 3 et totalement incompréhensible car en mode SMS…

Il faut dire que ce SWOT… c’est tout simplement magique : un trait vertical, un autre horizontal – jusque là le marketeur sait faire – et c’est parti ! Les perfectionnistes vont mettre une légende pour chaque case malgré une difficulté majeure cette fois : cette p… d’orthographe anglaise ! « Strenthghthts »… « Thraeaethces »… Argh… bon c’est pas grave, je le mets en français. « Faiblaisse » ça prend un « s » à la fin ?

On ne sait pas trop quoi y mettre, ni dans quelle case, mais c’est pas l’essentiel : le tout c’est d’avoir plein de bullet-points dans chaque, le spectateur en fera ce qu’il veut…

Et c’est bien là le problème !

C’est pour cela d’ailleurs que je ne corrige JAMAIS un SWOT. Jamais. D’ailleurs je ne les lis même pas. Sauf quand on m’en inflige en soutenance orale. Là, je fais taire le pauvre étudiant sur qui est tombé la tâche de lire cette slide (va apprendre par coeur un SWOT…), je lui demande de s’écarter et je fais semblant de la décrypter, en fronçant un peu les sourcils d’un air concentré, ajoutant un cruel « je lis plus vite que vous ne parlez… ». Ambiance garantie !

Par contre, si en plus ils l’ont titrée « Analyse SWOT » (ce qui est souvent le cas), je me recule en arrière et, d’un air ingénu, leur balance un « Ahh c’est ça un SWOT ??? Je connaissais pas… ».

En plus, vous ne croyez quand même pas que « ça » intéresse quelqu’un quand même ?

Mais alors pourquoi m’en prendre aujourd’hui à cette « Analyse SWOT » ? Peut-être justement parce que le SWOT n’est PAS un outil d’analyse.

C’est bien là où se trouve le malentendu car en fait le SWOT est un outil de synthèse de l’analyse stratégique !

C’est dans le SWOT que nous allons mettre les conclusions, que nous jugeons les plus pertinentes, issues des différents outils d’analyse, eux, comme le STEPLES, les 5 forces de Porter, la segmentation clients…

C’est ce SWOT que nous allons ensuite « inspirer » (personnellement je le renifle mais bon…) pour en tirer une conclusion, e que sapelerio le « DIAGNOSTIC MARKETING » !

Ami étudiant-marketeux, le SWOT est donc ton brouillon, ton pense-bête, ton ami… Avant même le début de ton étude de K, prends une feuille bleue, trace tes deux grands traits et, au fur et à mesure, écris dans les cases ce que tu comprends de ton dossier. Ne perds pas de temps à le recopier sur ta copie, on s’en fout. Par contre, relis le bien, plusieurs fois s’il le faut, et concentre toi sur la rédaction de ton diagnostic qui en est la synthèse.

A bientôt pour « Les 4P : la grande escroquerie« 

Published On: janvier 14th, 2021 / Categories: Humeurs Marketing, Marketing Strategy / Tags: , /

Ne ratez pas le dernier égoBlog !

Promis, nous n’utiliserons pas vos données à d’autres fins.

    Add notice about your Privacy Policy here.